Http://www.cathedrale-de-bayonne.fr.st / Le site de la Cathédrale de Bayonne

Accueil Présentation Contacts L'équipe Favoris

 

 

Généralités
Un Peu d'Histoire
Bibliographie
Les Archives
Réalisation

L'Intérieur

Vues d'Ensemble
Les Clés de Voûte
Les Vitraux
Les Tableaux
Les Orgues
La Chaire
Le Mobilier

L'Extérieur

Vues d'Ensemble
Les Cloches
Les Gargouilles
Les Sculptures
Le Heurtoir
Le Cloître

BONUS !!

L'Inaccessible

Nos Partenaires

Nos Liens
On parle de nous



 
Le vitrail
 

 

 
 


Légende
 

Le vitrail dit « de la Cananéenne » est situé dans la Chapelle Saint Jérôme. Il date du XVIème siècle (1531). On peut le lire à la lumière de l’Evangile, mais aussi à celle de l’Histoire…

L’Evangile

Il illustre la fin d’un extrait de l’Evangile selon St Matthieu (XV,21-28), « La Guérison de la fille d’une Cananéenne » :
  
« En sortant de là, Jésus se retira dans la région de Tyr et de Sidon. Et voici qu’une femme cananéenne,  étant sortie de ce territoire, criait en disant : »Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David : ma fille est fort malmenée par un démon ». Mais il ne lui répondit pas un mot. Ses disciples, s’approchant, le priaient : »Fais-lui grâce, car elle nous poursuit de ses cris ». A quoi il répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël ». Mais la femme était arrivée et se tenait prosternée devant lui en disant : »Seigneur, viens à mon secours ! » Il lui répondit : »Il ne sied pas de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens »-« Oui, Seigneur ! dit-elle, et justement les petits chiens mangent des miettes qui tombent de la table de leurs maîtres ! » Alors Jésus lui répondit : « O femme, grande est ta foi ! Qu’il t’advienne selon ton désir ! » Et de ce moment, sa fille fut guérie. »
Au centre du vitrail, l’on voit en effet Jésus, entouré de ses disciples. Devant lui, la cananéenne agenouillée, alors que sur la gauche du vitrail, l’on reconnaît sa fille, à sa posture, aidée par des servantes. Au-dessus d’elle, un petit dragon noir s’envole : c’est la représentation du démon.
  Dans le fond, l’on distingue un paysage avec des remparts (Tyr ?).

L’Histoire

            François Ier, qui voulait reconquérir le Milanais, fut vaincu et fait prisonnier à Pavie (1525). De difficiles négociations s’engagèrent alors entre Charles Quint et la Régente, Louise de Savoie. Charles Quint revendiquait la Bourgogne, qu’il considérait comme son légitime héritage – il était l’arrière-petit-fils de Charles le Téméraire. François Ier dut accepter de céder cet important duché, mais il obtint d’être libéré avant sa restitution effective, ses deux premiers fils (François et Henri) le remplaçant comme otages à Madrid. François Ier fut libéré le 17 mars 1526 ; aussitôt il dénonça l’accord. Les princes italiens et le roi d’Angleterre, inquiets de la puissance de Charles, s’allièrent avec la France (ligue de Cognac). La guerre reprit en Italie d’autant que François Ier s’était acquis le soutien des notables en les réunissant en 1527 et en leur faisant avaliser son refus du Traité de Madrid. Les français parvinrent jusqu’à Naples, mais diverses erreurs diplomatiques conduisirent au retournement du Génois Andrea Doria, qui passa au Habsbourg (1528). Les français furent écrasés à Landriano en juin 1529.

Les deux souverains avaient cependant intérêt à un compromis, François Ier parce qu’il était de nouveau vaincu en Italie et Charles Quint parce qu’il devait affronter les princes protestants allemands. Aucun des deux souverains ne mena les négociations : ce furent Louise de Savoie et Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas, qui parvinrent à élaborer la paix de Cambrai ou paix des Dames, signée le 3 août 1529. Charles Quint renonçait à la Bourgogne et François Ier au Milanais ; le roi de France épousait Eléonore, sœur de Charles Quint – Claude de France, sa première épouse, étant morte en 1524 ; il versait une rançon de deux millions d’écus d’or pour les deux enfants royaux qui rentrèrent en France en juillet 1530, en même temps qu’arrivait la nouvelle épouse.

Ce vitrail a été réalisé un an après. On peut y voir un clin d’œil à cet épisode historique puisqu’il représente une délivrance : celle de la fille de la Cananéenne (délivrée du démon) qui fait écho à celle des fils de François Ier (délivrés de l’Espagne). De plus, l’on doit la délivrance des deux enfants à la négociation et au Traité élaboré par deux femmes. Or, c’est aussi à la « négociation » et à la demande d’intercession d’une femme (la Cananéenne) que l’on doit celle de sa fille.

Il semblerait donc que ce soit pour ces raisons que l’on retrouve dans ce vitrail l’emblème de François Ier –la Salamandre- ainsi que ses armes. Autour du Blason de l'ordre de Saint Michel, un collier avec la Toison d’Or (dont il a été fait Chevalier en 1518 par Charles Quint à Barcelone). De même, les deux couronnes, disposées chacune dans un médaillon du vitrail, représenteraient  alors celles des deux fils de François Ier.

C’est l’un des premiers vitraux en France qui utilise la technique du paysage en perspective, comme on peut le remarquer notamment au centre avec les deux arbres (l’un grand, l’autre beaucoup plus petit) situés presque côte à côte et offrant de cette manière une impression de profondeur.

Ce vitrail est caractéristique de l’art de la Renaissance : on y trouve, d’une part, des colonnes formant des arcs à la florentine, des statues gréco-romaines entourées de « putti ». La date est indiquée quatre fois : 1531. D’autre part, au premier plan, en bas, à gauche, sont représentés les donateurs - les époux Ducasse - en train de prier à genoux,  habillés comme on le faisait à la Renaissance.

 


 
 

Le vitrail de la Cananéenne ayant été démonté et remonté à de nombreuses reprises, nous avons observé un enchevêtrement incompréhensible de châteaux, tours, fenêtres, sans aucun rapport...

Cliquez sur l'image de gauche pour un gros plan

 


Retour à la page : Les vitraux